Tour Elithis Arsenal

Inauguration de la Tour Elithis Arsenal, deuxième Tour à énergie positive installée dans notre territoire

C’est une fierté parce qu’Elithis a été pionnier dans un domaine central pour l’avenir de notre société : celui de la construction de bâtiments à énergie positive. Cela rejoint directement les ambitions de notre ville, et de notre métropole, en matière de transition écologique et énergétique.

Face aux dérèglements climatiques, les décideurs doivent faire des choix, accompagnés par les entreprises privées telles que le groupe Elithis et ses 20 ans d’expertise. Il nous faut adapter nos territoires, avoir de l’audace, anticiper. Et nous savons tous que la construction et la rénovation des bâtiments sont des sujets majeurs. Rappelons que le secteur du bâtiment représente 43 % des consommations énergétiques annuelles françaises et 23 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). L’objectif est alors triple : baisser les consommations d’énergie des bâtiments, réduire les coûts liés à la facture d’énergie et réduire l’empreinte carbone des bâtiments. Ces objectifs étant des conditions indispensables pour arriver à la neutralité carbone d’ici 2050 et pour agir sur le pouvoir d’achat des ménages.

En ce qui concerne Dijon métropole, la résilience de notre territoire s’appuie sur des engagements forts et constants depuis 2001 pour parvenir à la sobriété énergétique : construction du tramway, développement des énergies renouvelables, d’un réseau de chaleur urbain, rénovation énergétique des bâtiments, éclairage public basse consommation, écoquartiers, réaménagement de la ville sur elle-même sans s’étendre sur les terres agricoles, développement des circuits courts, préservation de la biodiversité, grand plan de rénovation des écoles, bientôt la mise en service d’une centrale à hydrogène vert qui alimentera les bennes à ordures ménagères et la flotte de bus. Ou encore le grand projet européen Response comprenant deux îlots à énergie positive dans le quartier populaire Fontaine d’Ouche, faisant de ce quartier prioritaire un modèle en France et en Europe pour la production locale d’énergie et l’autoconsommation collective.

Dijon est un terrain d’expérimentation et de duplication de ces expériences réussies à l’image de votre tour. Ce sont tous ces projets qui l’ont amené à être une nouvelle fois reconnue par la commission européenne comme territoire pionnier pour la décarbonation des collectivités dans le cadre de la mission européenne « 100 villes neutres et intelligentes pour le climat ». Nous sommes, avec Nantes, les deux seules villes françaises retenues. La Tour Elithis Arsenal s’inscrit dans la continuité.

Cette tour combine les deux, bureaux et logements. Sans surcoût pour le bailleur social, l’énergie positive est accessible à tous. Habellis, soucieuse de participer à une production vertueuse de logements sociaux à Dijon Métropole, a pris part au projet avec enthousiasme, parce qu’il entre dans l’un de ses objectifs : innover pour permettre l’accès à un logement abordable de qualité.

La Tour Elithis Arsenal, qui comprend 59 logements et près de 1 200 m2 de bureaux, permettra aux locataires de vivre au sein d’un bâtiment innovant, lumineux, de réduire drastiquement leur consommation énergétique et ainsi de préserver leur pouvoir d’achat.

L’inauguration de cette nouvelle Tour Elithis Arsenal représente un moment symbolique dans la transformation de l’écoquartier Arsenal (débuté en 2011), et plus généralement de notre projet « Grand Sud », débuté il y a une quinzaine d’années. L’objectif était de réaménager l’entrée sud de Dijon après la disparition des équipements militaires, des minoteries dijonnaises, des anciennes tanneries et de l’ancien hôpital général. Vous le savez, c’est la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin qui est sortie de terre à la place de l’ancien hôpital général. L’écoquartier Arsenal se trouve ainsi dans son prolongement. 

Nous sommes donc dans un quartier chargé d’histoire, construit sur un ancien établissement militaire qui a, certes, changé de visage sans pour autant perdre son identité. Je pense, par exemple, aux deux halles militaires représentatives de la mémoire du site qui ont été reconverties. L’une d’entre elle, baptisée « La Minoterie » (en face de la Tour Elithis) et inaugurée en 2013, est un lieu de culture, un pôle de création jeune public et d’éducation artistique qui va s’ouvrir encore plus aux habitants du quartier (saluer la directrice, Séverine Coulon). Vous connaissez mon attachement à l’accès à la culture… L’âme de ce quartier se retrouve aussi au cœur du jardin de l’Arsenal puisqu’il s’articule autour de deux anciennes poudrières.

Le logement est l’une des premières dignités et chacun devrait pouvoir être logé ET dans de bonnes conditions. Je rappelle que nous avons atteint le seuil des 20 % de logements sociaux à Dijon après 20 années d’une politique volontariste attachée à la mixité sociale. C’est essentiel pour donner à tous la possibilité de se loger. Et nous avons besoin de construire car nous gagnons des habitants, car les étudiants sont de plus en plus nombreux (40 000 et 4 000 de plus d’ici 2026), car les demandes en attente pour un logement social augmentent (près de 6 000)…

À ce jour, au sein de l’écoquartier Arsenal :

  • 8 opérations sont livrées pour un total de 466 logements, dont 84 dans une résidence seniors appelée « résidence Turquoise » ;
  • 4 opérations sont encore en chantier pour un total de 333 logements, dont 150 au sein de la résidence seniors « Le Clos de l’Arsenal », dont nous avons posé la première pierre en mai dernier. 
Revenir en haut de page