Dijon Mag n° 300 - Avril 2017

Propreté : Dijon entre en campagne

À quoi les impôts locaux que nous payons servent-ils ? Et sont-ils bien employés par la ville de Dijon
et par la métropole ? Rappelons d'abord que, depuis 2001, la hausse des taux des quatre taxes locales
est restée inférieure à l’inflation, ainsi que je m’y étais engagé. Seule l’année 2016 a constitué
une exception à cette règle, pour faire face à une diminution très forte des dotations de l'État.
Cette année, les taux n'augmentent pas du tout : + 0 % ! Cette stratégie fiscale modérée contribue
à préserver votre pouvoir d’achat.
Les impôts perçus par la ville et par le Grand Dijon contribuent d'abord à vous offrir un service
public de qualité, en proximité, à des tarifs accessibles à tous. Restauration scolaire, crèches, stages
sportifs, offre culturelle, transports en commun : le coût payé par chacun de vous est nettement
inférieur au coût réel de ces prestations. Il est du devoir et de la responsabilité de nos collectivités
de garantir ce service public.
Par ailleurs, les moyens que la ville et la métropole engagent, au titre de l’investissement, dans la
construction de nouveaux logements, dans l’aménagement d’écoquartiers et de zones d’activités,
dans la mise en oeuvre d’équipements publics et de grandes infrastructures servent un double
objectif : ils génèrent de l’activité économique et créent de l’emploi dans les entreprises du
territoire ; ils renforcent la qualité de vie dans la ville et assoient le rayonnement et l’attractivité de
notre agglomération. Les résultats sont tangibles : augmentation de la population, afflux de touristes,
implantation et développement d’entreprises, reconnaissance de Dijon comme une des 13 capitales
régionales françaises, comme métropole, comme zone touristique internationale, comme territoire
identifié doublement par l’Unesco…
Nous continuons à mener cette stratégie de développement ambitieux, incarnée notamment par
notre volonté de créer la Cité internationale de la gastronomie et du vin, sans jamais négliger le plus
important : la qualité de vie à Dijon, qui exige aussi de traquer les incivilités. Sujet largement abordé
dans le dossier central de ce numéro, dont je vous souhaite bonne lecture.

François Rebsamen, maire de Dijon, président du Grand Dijon

Dijon mag n° 300 avril 2017

Format : PDF Poids :2,19 Mo

télécharger