Conçus en tenant compte des enjeux environnementaux, les écoquartiers font de Dijon une ville plus douce à vivre. Les efforts ne portent pas seulement sur ces nouveaux quartiers. À Dijon de plus en plus de bâtiments « verts » sortent de terre ou sont rénovés. Publiques ou privées, ces constructions contribuent à faire de la capitale régionale une référence en matière d'urbanisme et d'écologie urbaine.

Avec ou sans voiture

Dans chaque écoquartier, selon la nature du site, sa situation géographique, son étendue, et sa composition, des solutions différentes sont mises en œuvre. Heudelet 26, par exemple, sera entièrement piétonnier, les voitures étant stationnées dans un parking mutualisé situé en lisière du quartier et couvert par un jardin public. Cette solution n’est pas envisageable dans l’écocité Jardin des maraîchers, beaucoup plus vaste, où les voitures seront autorisées mais à faible vitesse. Néanmoins, tous ces écoquartiers présentent des points communs : la présence marquée de la végétation en particulier, à travers des parcs publics (Montmuzard, Heudelet 26, Hyacinthe Vincent, quai des Carrières Blanches et Arsenal en sont des exemples emblématiques), mais aussi l’utilisation de matériaux comme le bois dans l’architecture des bâtiments, dont certains ne manquent pas d’audace à l’image de cette façade couverte d’hôtels à insectes et de ruches pour un bâtiment de bureaux à Heudelet 26 !

Dans ces écoquartiers marqués par une densité à la fois adaptée au contexte, compensée par le végétal ou la présence de services urbains et acceptée par la population, les habitants sont invités à adopter de nouvelles attitudes : moins d’utilisation de la voiture, que l’on troque aisément contre le vélo, la marche à pied ou les transports en commun, une attention particulière portée au tri des déchets, au compostage, aux économies d’énergie… Les écoquartiers, vertueux, sont une invitation à vivre autrement la ville.

Le premier fut les Rives du bief…

Parmi la quinzaine d’écoquartiers en cours de construction ou en projet sur Dijon Métropole, les Rives du Bief, à Longvic, peuvent s’enorgueillir d’avoir été le premier achevé. En marge du renouvellement urbain du quartier du Bief du moulin, ce nouveau « morceau de ville » de 71 logements utilise largement l’architecture bois, dans un environnement verdoyant le long de l’Ouche. École et crèche, équipement sportif, cabinet médical, maison des associations : l’écoquartier répond à l’exigence de diversité des fonctions, qui permet aux habitants de trouver sur place une partie des commerces et services du quotidien.

Après Junot, Épirey et Hyacinthe-Vincent, Montmuzard, la construction de nouveaux écoquartiers est aujourd’hui engagée : Heudelet 26, Arsenal, quai des Carrières blanches, Pont des Tanneries, Cité internationale de la gastronomie et du Vin, Via Romana,… Autant de sites où les activités militaires, hospitalières ou industrielles ont cessé et qui deviennent de nouveaux quartiers résidentiels exemplaires sur le plan environnemental.

Deux d'entre eux sont déjà engagés (et donc reconnus pour leur intérêt) dans la démarche nationale de labellisation écoquartier impulsée par le Ministère : le Bief du Moulin à Longvic et Arsenal à Dijon. D'autres devraient suivre prochainement.

Écocité des maraîchers

Sur près de 20 hectares au sud-est de Dijon, une véritable cité-jardin est en train de naître sur le site des anciens abattoirs et d'anciens terrains maraîchers. Cet ensemble de grande envergure s'organisera autour d'un mail central, verdoyant, propice au lien social et à la promenade. Au terme des deux tranches de travaux, 1 500 logements et 28 000 m² de commerces, bureaux et services seront livrés. 

en savoir plus

Via Romana

De 2018 à 2020 se construira au Nord-Est de Dijon un nouvel écoquartier, Via Romana. Sur près de 3 hectares, environ 200 logements sortiront de terre. Situé sur l'axe Toison d'Or – Grésilles, le quartier donnera la part belle à la mixité sociale et à la qualité de vie. 

en savoir plus