ezscript_require( 'cnil.js' )

De plus en plus d'habitants veulent consommer des produits sains, locaux et de saison. En développant l'agriculture périurbaine, Dijon métropole soutient et encourage dans le même temps les circuits courts, qui se matérialisent le plus souvent par la vente directe du producteur au consommateur, de la terre à l'assiette.

Les habitants plébiscitent les produits locaux

Au cours des dernières décennies, un besoin s'est fait de plus en plus fort chez les consommateurs : celui d'accéder à des produits sains, locaux et de saison. Cette attirance forte pour la production locale reflète un besoin : les Français sont à la recherche d'une plus grande transparence et d'une traçabilité plus précise de ce qu'ils consomment. Soutien à l'économie locale, recherche d'une meilleure qualité et choix motivés par des valeurs sont aussi évoqués.

Selon une étude Ipsos publiée en février 2014, 80% des consommateurs disent acheter des produits locaux et parmi eux, près de 4 personnes sur 10 déclarent le faire souvent.

Demain, nourrir la métropole

La stratégie d'acquisitions et de mise en culture de terres agricoles entraîne, par effet vertueux, le développement accru des circuits courts et de proximité (c'est-à-dire la vente directe du producteur au consommateur, "de la terre à l'assiette", de produits locaux). Par cette stratégie assumée, la Métropole dijonnaise vise, demain, à être en capacité de nourrir les habitants du territoire, avec l'ambition d'atteindre la quasi autosuffisance alimentaire. Cela s'inscrit pleinement dans une démarche de transition citoyenne et écologique à l'échelle du territoire.

Circuits de proximité : un florilège d'initiatives

Dans l'agglomération dijonnaise, les AMAP (association de maintien d'une agriculture paysanne), le drive fermier ou encore les paniers de produits locaux bénéficient d'un succès grandissant. Ces concepts privilégient les circuits courts et de proximité.

Déjà un florilège d'initiatives s'est développé dans les communes de la Métropole, parmi celles-ci :

  • le Drive fermier (Marché de l'agro). La chambre d'agriculture de Côte d'Or et Dijon Métropole se sont associées pour lancer ce concept simple : une trentaine d'agriculteurs proposent leurs produits 100% fermiers, 100% locaux sur le site internet du drive fermier. Les clients viennent récupérer leur panier au drive, situé au Marché de l'Agro (Dijon – Cap Nord).

drive_fermier_28229

  • "Bienvenue à la ferme", réseau de producteurs locaux, propose des ventes directes à la ferme, des marchés de producteurs locaux (organisés deux fois par an à Dijon, autour des Halles centrales), des dégustations, des découvertes de la vie à la ferme pour les plus jeunes... Voir la page Facebook de Bienvenue à la ferme
  • les AMAP (association de maintien d'une agriculture paysanne). Il en existe plusieurs dizaines dans l'agglomération dijonnaise. Découvrir le réseau des AMAP en Côte d'Or
  • la "Ruche qui dit oui". Des paniers de produits frais locaux sont directement vendus par les fermiers aux adhérents. On les trouve notamment à Dijon et à Fontaine-lès-Dijon. Découvrir la Ruche qui dit oui l'épicerie locavore des Bourroches (Dijon)

Une légumerie en projet

Chaque jour, des milliers de repas sont servis dans les services de restauration collective des communes de Dijon Métropole (écoles, mais aussi EHPAD, CHU, repas à domicile pour les seniors). Jusqu'à présent, les établissements publics et privés de restauration intégraient déjà dans leurs menus des produits locaux, à petite échelle. Mais faute d'une structure capable de traiter de grandes quantités de légumes localement (les éplucher, les laver, les conditionner), les communes de Dijon Métropole achètent la plupart de leurs matières premières à des centrales d'achat, dont les produits n'ont pas de provenance locale.

Pour palier à cela, Dijon métropole entend, à l'horizon 2030, se doter d'une grande légumerie. Elle constituera le chaînon manquant entre producteurs locaux de légumes et producteurs locaux de repas. La structure sera en charge de trier, transformer et conditionner les fruits et légumes en vrac de la production locale. Il seront ensuite utilisés par la cuisine centrale de Dijon (fournisseur des restaurants municipaux) et par les autres établissements de restauration collective de l'agglomération.

Le projet est porté par le groupe ID'EES 21, soutenu par la Ville de Dijon et Dijon Métropole, en lien avec la Chambre d'agriculture de Côte d'Or, la Région Bourgogne-Franche-Comté et le Département Côte d'Or.

Pourquoi créer cette légumerie?

  • Donner à un grand nombre d'habitants l'accès à des produits frais, de qualité et de provenance locale.
  • Faciliter l'accès des maraîchers et producteurs locaux à la commande publique locale.
  • En outre, une telle structure, réduisant l'empreinte carbone liée aux transports des produits, répond pleinement aux valeurs d'une collectivité devenue référence écologique en France.

Dijon sur le web, c'est aussi...