Ici commence la mer

Dijon métropole, référence écologique en France et la ville de Dijon, finaliste du concours Capitale Verte Européenne 2022, luttent contre le rejet des déchets plastiques rejoignant le milieu naturel.

Les macro-déchets * représentent en effet 80 % de la pollution des mers via les fleuves et les rivières. La métropole est parcourue par plein de petits cours d’eau (le Suzon, l’Ouche, le Raine...) en tête du bassin du Rhône, lui-même se jetant au travers d’un large delta en Méditerranée.

Un mégot de cigarette ou un emballage plastique jeté dans une rue de la métropole peut polluer jusqu’en Camargue.

La préservation de la nature est l’affaire de tous. Elle commence par des gestes simples et citoyens. La ville de Dijon habille ses trottoirs de nouvelles plaques « ici commence la mer » qui visent à sensibiliser et à rappeler à chacun que tout ce que nous jetons sur l’espace public est susceptible d’atteindre les mers et océans en transitant via les égouts puis par les rivières et fleuves. Deux plaques seront scellées place de la Libération avant un déploiement prochain dans l’ensemble des neufs quartiers de Dijon.

Pour la première fois en France, Dijon métropole mettra en œuvre des actions techniques particulièrement innovantes : piégeage actif des plastiques et canettes par des filets avant l’arrivée en rivières, filtrage par la station d’épuration de Dijon Longvic pour éliminer les micropolluants et les micro-plastiques qui passeraient à travers les mailles des filets.

* Le macro-déchet est un déchet solide d’origine humaine, visible à l’œil nu qui, abandonné, est visible sur les côtes, flotte en surface ou git immergé (Accord RAMOGE).

Dijon sur le web, c'est aussi...