Ecole de gendarmerie

Les premiers élèves prennent leur envol.

Le 13 avril, la première promotion de l’école de gendarmerie est sortie des rangs

Après six mois de formation, 114 gendarmes ont été affectés aux quatre coins de l’Hexagone. Le 22 juin prochain, les futurs sous-officiers de la 2e et de la 3e compagnies recevront à leur tour leurs galons.

«Première compagnie, à jamais les premiers. » C’est ce que l’on peut lire sur l’écusson de la promotion André-
Decamme, ainsi baptisée en mémoire au gendarme résistant tué le 21 août 1944 à Recey-sur-Ource. Les 28 femmes et 86 hommes de cette compagnie sont aujourd'hui les premiers sous-officiers en activité formés à Dijon. Âgés de 18 à 35 ans, ils ont passé six mois à apprendre leur métier au sein de cette école nationale de référence. Ils servent désormais dans la gendarmerie départementale, la gendarmerie mobile ou la Garde républicaine. « On prend des jeunes et on en fait des militaires, des cadres autonomes qui remplissent des missions de police », explique le colonel Bertrand François, commandant de l’école dijonnaise qui a ouvert ses portes le 1er septembre 2016 sur le site de l’ancienne base aérienne 102. Une reconversion menée tambour battant, sous l'impulsion de François Rebsamen, par Dijon Métropole et les ministères de la Défense et de l’Intérieur.

LES ATOUTS D'UNE GRANDE MÉTROPOLE

« Notre école se distingue par son positionnement géographique favorable et dispose des atouts d’une grande métropole », se félicite le colonel François. En termes d'infrastructures aussi, l’école est particulièrement bien lotie. Près de 14 millions d’euros ont été investis pour la réhabilitation des 170 hectares de terrain qu’occupe l’établissement.
Un espace largement suffisant pour accueillir demain les nombreuses recrues. « Avec l’accroissement des effectifs de gendarmerie dans le cadre du renforcement de la sécurité nationale, nous passerons à la rentrée de 460 à 720 élèves et prévoyons d’accueillir, d’ici à 2020, trois à cinq compagnies supplémentaires », souligne le commandant de l’école. Trois bâtiments d’hébergement et un nouvel amphithéâtre vont rapidement sortir de
terre. Un centre national de formation à la sécurité publique ouvrira également ses portes le 2 octobre prochain. Dédié à la formation continue des gendarmes, il accueillera 60 stagiaires par semaine. Parallèlement, le personnel encadrant va lui aussi être renforcé (160 à 200 civils et militaires). La vitalité de l’école profite ainsi de facto à l’économie locale et contribue au dynamisme de la métropole. Les élèves-gendarmes participent activement à la vie des communes. Rencontres de la BD à Longvic, défi handisport à la piscine olympique ou balisage du Tour de France... Sans oublier, le 9 juillet, le concours de l’école de gendarmerie de Dijon à l’organisation du Meeting de France, sur les terres historiques de la base aérienne Guynemer.

gendarmes_1

Dijon sur le web, c'est aussi...