Dijon et la guerre franco-prussienne de 1870

En 1870, l’empereur Napoléon III déclare la guerre à la Prusse avec laquelle la France se dispute le contrôle de la diplomatie européenne. Le 2 septembre, la capture de l'Empereur, suite à la défaite de Sedan, sonne le glas du Second Empire. Le 4 septembre, une nouvelle ère s'ouvre avec la proclamation de la IIIe République dont les partisans veulent poursuivre les combats. À l'issue de la guerre, la France est amputée de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine.

En Côte-d’Or, trois batailles, celle du 29 au 31 octobre, qui vaudra à Dijon de recevoir la légion d’honneur, la bataille de Nuits-Saint-Georges, en novembre, et enfin les affrontements de janvier 1871, au Nord, marqués par l’appui de Garibaldi et de l’armée des Vosges, furent le cadre de combats meurtriers durant lesquels la population dijonnaise a fait preuve de courage et de résistance pour défendre le nouveau régime.

Aujourd’hui les avenues du Drapeau ou du Général Fauconnet, la rue Victor Curtat, et bien sûr la place du 30 octobre 1870 et de la Légion d’Honneur, portent le souvenir de ces événements. Mais saviez-vous que les rues Jeannin et Paul Cabet ou le Château de Pouilly accueillirent aussi des épisodes mémorables de ces batailles ?

D'octobre 2020 à mai 2021, une dizaine de structures institutionnelles ou associatives dijonnaises vous invite à (re)découvrir cette histoire, avec un zoom sur la barricade de la rue Jeannin, la place du 30 octobre, la Plaine de Pouilly :

Vous pouvez aussi découvrir les traces de cette guerre et de Garibaldi  dans les quartiers nord de Dijon, de l'allée de Pouilly jusqu'à l'école du Drapeau :

Dijon sur le web, c'est aussi...