Mairie de Dijon
Place de la libération
21000 Dijon
Standard 03 80 74 51 51

Allô Mairie : 0800 21 3000
Un numéro gratuit pour signaler un problème de voirie, d'éclairage public, de propreté ou de graffiti. Intervention sous 48 h les jours ouvrés.

Mairies annexes

Bourroches
32, bd Eugène Fyot
03 80 74 52 02

Fontaine d'Ouche
15, place de la Fontaine d'Ouche
03 80 74 52 00

Grésilles
6, av des Grésilles
03 80 74 52 03

Mansart
2, bd Mansart
03 80 74 52 04

Dijon Mag n°254

Le magazine de l'actualité municipale.

De sérieux atouts à faire valoir.



Dites-nous...

3 questions à François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon.

Dijon sera l’une des trois premières villes du réseau des Cités de la gastronomie. En quoi est-ce une bonne nouvelle pour notre agglomération ?

Le projet de Cité internationale de la gastronomie est de nature à renforcer le rayonnement de Dijon, auprès des touristes et du monde économique, dans un champ d’activité où nous avons de sérieux atouts à faire valoir. Cette décision du gouvernement salue le dynamisme retrouvé de notre ville : tramway, équipements structurants, nouveaux quartiers imposent Dijon comme une ville qui bouge, comme une ville qui compte. Nous sommes pris au sérieux dans ce genre de compétition avec des métropoles parfois plus grandes que nous (Lyon, voire Paris). Nous avons la ferme intention de prendre toute notre place au sein de ce réseau des Cités de la gastronomie et, pourquoi pas, en être le moteur. Le projet que nous avons proposé, qui sera financé aux deux tiers par des partenaires privés, va consister à créer, sur le site exceptionnel de l’Hôpital général, un équipement d’envergure internationale, ainsi qu’un nouvel écoquartier aux portes du centre-ville. Parallèlement, le dossier de candidature des climats du vignoble de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco est sur de bons rails pour 2014. Tout cela est de bon augure pour Dijon.

Vous évoquez le dynamisme et l’attractivité économiques de notre territoire. Que pouvez-vous faire pour soutenir les entreprises dans la période de crise actuelle ?
Tout d’abord, nous ne relâchons pas l’effort sur l’investissement. Grâce à la maîtrise de nos coûts de fonctionnement, nous parvenons à préserver des marges de manoeuvre qui nous permettent de réaliser nos projets. Tramway, écoquartiers, musée des Beaux-Arts…, tout cela, c’est du travail pour les sociétés du bâtiment et des travaux publics ! Ensuite, nous restons à l’écoute des entreprises. Exemple : le Grand Dijon a pris, dans l’urgence, des mesures pour atténuer les effets de la réforme mal préparée de la taxe professionnelle voulue par le gouvernement Fillon. Nous avons ainsi soulagé nombre de PME du territoire, surtout commerciales et artisanales, qui avaient vu leur contribution foncière des entreprises (CFE) augmenter dans des proportions déraisonnables.

Les commerces, précisément, peuvent respirer aujourd’hui, avec la fin du chantier du tram…
Au centre-ville, les travaux d’embellissement de la rue de la Liberté apporteront une touche finale à ce chantier historique. Libération, Godrans, Darcy, République, Via Liberté, square des ducs… Nos espaces publics, désormais piétons et ouverts aux modes doux de transport, auront retrouvé beauté et sérénité. Et cela doit attirer visiteurs, touristes, chalands…